Categories
Tai Chi

Tai Chi Concepts and Experiments

« Tai Chi Concepts and Experiments: Hidden Strength, Natural Movement, and Timing » est un livre écrit par Robert Chuckrow. Ce livre a été publié assez récemment et se révèle être une lecture fascinante. J’ai le plaisir de partager ma lecture dans cet article.

Science et tai chi

R. Chuckrow (dont je parle aussi dans mon article précédent) est aussi l’auteur de Tai Chi Dynamics (2008). Il est physicien et instructeur de tai chi et aborde les enseignements apparemment contradictoires des maîtres de cet art martial, comme le fait de n’utiliser « aucune force » dans la pratique, et les interprète à la lumière de la physique et de la biologie occidentales.

Dans Tai Chi Dynamics, l’accent était plus mis sur des notions physiques externes (leviers, etc.). Ici, l’auteur va plus loin et va s’interroger sur la nature profonde de la force interne.

Dans son dernier ouvrage, Robert Chuckrow offre sa sagesse éclairante et sa perspective instruite sur les paradoxes du T’ai Chi. [Ce livre] résout tant de questions lancinantes que se posent tous les débutants et offre aux instructeurs de nombreux nouveaux outils pour partager cet art vénéré. C’est un ouvrage incontournable pour les pratiquants de T’ai Chi de tous niveaux,

Gene Ching, 32 generation disciple du Temple Shaolin, auteur de Shaolin Trips, éditeur du Kung Fu Magazine

La force expansive

Son idée principale est le concept de « force expansive », une sorte de « pression hydraulique » dans laquelle « les tissus corporels peuvent se dilater activement sous l’action d’une stimulation bioélectrique ». Selon lui, la force expansive est meilleure que la force ordinaire par contraction musculaire, car elle ne crée pas de déchets métaboliques et n’indique pas ses intentions aux attaquants.

Les physiologistes peuvent se gratter la tête devant la notion de force expansive de Chuckrow, mais ses explications des lois fondamentales du mouvement naturel, accompagnées de diagrammes, sont écrites de manière claire, quoique parfois un peu complexe. Les étudiants en tai chi obtiendront de l’auteur une base théorique profonde de l’approche fondamentale du mouvement de cette discipline, ainsi qu’une foule d’exercices utiles pour les aider à la pratiquer.

Nei Jin et Force Expansive

La notion de force expansive présentée par l’auteur vient mettre le doigt sur un jargon un peu confus que l’on retrouve en tai chi, où l’on parle de Li et Jin (qui peuvent tous les deux se traduire par « force »).

On retrouve notamment un bon exemple de cela dans le paragraphe sur le « style zombie » (que mon maître appelle le « tofu tai chi », j’aime bien l’expression !).

De nombreux pratiquants de Taiji travaillent et réussissent à faire des mouvements avec la force minimale. Mais parce qu’on leur a dit de ne pas utiliser la force, ils n’atteignent jamais la force expansive (nei jin). Au contraire, ils utilisent toujours la force contractive (li), bien que de façon minimale. Cette condition, parfois appelée « flottaison », est sans vie et sans lien. Il s’agit donc d’une sorte de « style zombie ». Toute personne qui a cultivé la force expansive peut reconnaître instantanément la différence entre l’utilisation du jin et du li dans les mouvements d’une autre personne. Quand j’étais à l’école de Cheng, Shi Zhong, j’ai remarqué un étudiant qui faisait la forme d’une manière super-détendue. Le professeur Cheng passait par là à ce moment-là moment et lui a dit, « Trop yin. ».

Robert Chuckrow, Tai Chi Concepts and Experiments: Hidden Strength, Natural Movement, and Timing

Respiration et Dan Tian

Un autre point que j’ai apprécié, c’est la clarté de son discours sur la respiration et le dan tian, notamment sur la mécanique de la respiration naturelle et inversée.

De nombreux pratiquants se plaignent de ne pas sentir le dan tian, peut-être parce que pendant la pratique de la forme, ils font une respiration naturelle et peu profonde. Une telle respiration n’active pas suffisamment cette région. Lorsque la force de contraction est suffisamment libérée, le corps se liquéfie, ce qui entraîne un gradient de pression hydraulique. Autrement dit, plus on est bas dans le corps, plus la pression est élevée. La plus grande pression dans le tronc du corps se trouve dans la partie inférieure de l’abdomen, ce qui contribue à une sensation d’activation de cette région. Lors de l’inspiration en respiration naturelle, le bas ventre se dilate et se met sous pression. Dans la respiration inversée, cette pression se produit continuellement, augmentant et diminuant mais ne se relâchant pas totalement. Les effets de la respiration peuvent être ressentis comme un gonflement de la région ayant la description du dan tian.

Robert Chuckrow, Tai Chi Concepts and Experiments: Hidden Strength, Natural Movement, and Timing

Et voilà, c’est tout pour cet article. J’espère qu’il va aura donné envie de lire ce livre :-). Bonne pratique à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *