Se libérer des tensions

Se libérer des tensions

Les personnes aux origines du Tai Chi et de son développement avaient probablement pour objectif de créer de bons combattants lors de la conception des pratiques d’entraînement de cet art. Mais beaucoup ont vite compris que certains des attributs créés par le tai chi étaient non seulement utiles pour le combat, mais aussi pour la santé. En effet, de nombreuses méthodes de santé et de bien-être étaient nécessaires avant que le combattant puisse vraiment utiliser les arts de combat ; par ailleurs, à quoi sert un combattant malade ou immobile ? Les méthodes d’entraînement du Tai Chi sont conçues pour produire un certain nombre d’effets différents, dont l’un est l’identification et la relaxation des tensions et raideurs inappropriées. Cela n’est pas seulement utile pour le combattant, lui permettant de se déplacer avec une grande efficacité, mais est également très bénéfique pour notre santé.

L’importance du relâchement

Le mot le plus connu concernant la relaxation que nous rencontrons dans le Tai Chi est peut-être l’idée appelée « sung« . Si vous entriez dans une école de tai chi réputée, où que ce soit dans le monde, vous entendriez très probablement le professeur parler de ce concept à un moment donné. Dans certaines écoles, c’est l’objet même de la formation et on croit que sans cette qualité, ce que vous faites cesse d’être du tai chi.

Sung est le concept et le principe de l’assouplissement des tissus autour du cadre créé par le squelette. C’est la direction descendante exprimée dans les tissus qui est équilibrée par la direction montante exprimée à travers les os. Sung signifie essentiellement que le tissu est aussi relâché et mou qu’il peut l’être, même en extension, pendant l’exécution d’un mouvement ou d’une méthode donnée. C’est l’un des concepts qui ont fait la réputation du Tai Chi comme un art « doux ». Nous utilisons juste assez d’énergie pour maintenir une posture, un cadre ou un mouvement et le résultat est que le corps est libre d’agir selon les conditions.

Dans les arts internes, l’acte d’assouplissement des tissus est souvent décrit comme l’acte de « libération ». Il ne suffit pas d’exiger de quelqu’un qu’il se « détende », car pour la majorité des personnes à qui j’ai enseigné, même si elles font des efforts, la relaxation n’est pas quelque chose qu’elles ont l’habitude de ressentir. En général, même lorsqu’un élève se sent complètement détendu, l’enseignant est capable d’enseigner un autre processus de relâchement avec des instructions précises.

Un bon instructeur sera en mesure de donner à l’élève quelques trucs et méthodes pour guider, ou parfois forcer, le corps dans un état de relaxation. Ces méthodes sont propres aux nombreuses lignées de l’art interne et chaque professeur aura souvent un tour de passe-passe préféré dans sa manche pour traiter les muscles tendus ou une posture coincée. Certaines de ces idées et astuces consistent à diriger la relaxation par la respiration ou à laisser la musculature incriminée se fatiguer de sorte qu’elle « abandonne » essentiellement. Certains enseignants aiment appuyer physiquement sur des points de déclenchement pour aider l’élève à identifier les causes profondes de la tension. J’ai même connu des enseignants qui frappaient réellement ces points de tension pour les relâcher, en enfonçant le poing du coude dans le muscle en cause.

Utiliser la respiration pour se relâcher

La première méthode que j’aime utiliser est quelque chose d’un peu moins drastique ! J’ai tendance à demander à l’élève de concentrer son attention sur la phase d’expiration du cycle respiratoire. Cette partie de la respiration est étroitement liée à la libération et peut être utilisée comme un moyen de « tromper » le corps pour le détendre. Nous voyons cette phase du cycle respiratoire utilisée chaque fois que quelqu’un est tendu ou bouleversé. Lorsqu’on lui demande de prendre une grande respiration, c’est en expirant que la personne relâche toute la tension accumulée.

Dans la pratique du Tai Chi, l’accent mis sur l’expiration vous reliera à ce même mécanisme. Les mouvements du Tai Chi sont conçus de manière intelligente et suivent souvent une séquence d’ouverture/fermeture ou d’élévation/descente. L’utilisation de l’expiration pour libérer les tissus pendant les phases de fermeture ou de chute du mouvement est un excellent moyen de « piéger » le corps pour qu’il abandonne sa tension liée. Ce processus est un processus que nous pouvons approfondir de plus en plus, dont les fruits sont visibles chez les adeptes du Tai Chi de haut niveau qui maintiennent un état constant de « relâchement » quoi qu’ils fassent.

Ralentir la pratique

Une autre méthode très courante pour guider le relâchement dans le Tai Chi est de ralentir les mouvements de la pratique. Le praticien sera invité à effectuer un certain « nei gong » ou « répétition de mouvements » qui mettra immédiatement en évidence et travaillera directement sur la zone affectée, en prenant peut-être cinq minutes pour effectuer deux mouvements environ. Le ralentissement du mouvement au ce rythme d’escargot a deux effets sur notre corps, effets qui deviennent presque immédiatement apparents lorsque le praticien effectue le travail pendant une période quelconque.

  • Tout d’abord, les mouvements lents vont mettre en évidence les points de tension en créant une douleur dans les muscles tendus. Au fur et à mesure que la pratique se poursuit, cette tension va nous fatiguer et la plupart des praticiens voudront arrêter la pratique et secouer les bras. Il est cependant important de dépasser cette tension et de laisser l’échec se produire. C’est alors que le muscle ne peut plus fonctionner dans cet état de tension et doit arrêter ses interférences. Lorsque cela se produit, le corps s’aligne généralement de manière beaucoup plus efficace et la tension est relâchée.
  • Deuxièmement, l’identification des « points de friction » dans les articulations est le résultat de cet entraînement au mouvement lent. Ces points d’adhérence sont caractérisés par des à-coups ou des arrêts et démarrages brusques lorsque nous effectuons une action circulaire. Une fois mis en évidence, ces anomalies du mouvement peuvent être résolues en commençant le processus de lissage des cercles.

Le lissage des cercles exige un niveau d’attention très élevé. Vous devez reconnaître l’emplacement précis du point d’accrochage dans votre mouvement. Lorsque vous êtes sûr de la position de l’erreur, vous pouvez commencer à travailler pour la résoudre. Pour ce faire, nous visons à relâcher au début du point d’accrochage, en utilisant la respiration, puis nous travaillons dur pour maintenir un contrôle précis du mouvement souple lorsque nous traversons la zone problématique. Sur une période relativement courte, peut-être une semaine environ, vous pouvez aplanir complètement ces points de friction. Le résultat étant que vous êtes capable de vous déplacer sans que la puissance de votre mouvement échoue à ces points faibles.

Le Tai Chi est l’un des meilleurs arts pour atténuer la tension, il est explicitement mis en place dans ce but. La myriade de façons dont le tai chi est utilisé dépendra de cette capacité à relâcher la tension et plus nous serons capables de le faire, plus notre tai chi sera profond et complet.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.