Interview avec Chris Davis

Interview avec Chris Davis

Dans mon article précédent j’ai eu le plaisir de vous parler de The Tai Chi Academy. Dans cet article, je continue un peu dans cette lancée avec une interview de Chris Davis qui a lancé ce projet. J’espère que vous apprécierez autant que moi ses réponses!

Salut Chris ! Tu as récemment lancé une plateforme en ligne appelée « The Tai Chi Academy ». Pourquoi as-tu lancé ce nouveau projet ?

Mes anciens élèves m’ont embêté pour le faire ! Haha. En fait, l’histoire est un peu plus longue que ça.

Je suis impliqué dans les arts internes depuis environ 1998 et ils ont toujours été une composante essentielle de ma pratique quotidienne. J’ai concentré mes études sur les arts du Xing yi et du Taiji, mais j’ai aussi aimé étudier le Ba Gua. Vers 2007, j’ai ouvert une petite école de formation dans le Gloucestershire, au Royaume-Uni, qui a été fréquentée par un certain nombre d’étudiants de longue date en taiji, sous la direction de maîtres célèbres. Ces personnes avaient beaucoup plus d’années de formation que moi, jusqu’à 35 ans, mais n’avaient aucun des détails qu’on m’avait enseignés ou découverts au cours de ma formation. C’était extrêmement surprenant et c’est une situation que j’ai rencontrée à maintes reprises lors de mes rencontres avec de nouveaux instructeurs ou pratiquants.

Mon école était axée sur le côté martial du Tai chi et du xing yi et sur les méthodes corporelles qui étaient nécessaires pour rendre l’art martial efficace. À l’époque, j’étais videur dans une boîte de nuit très dure et j’ai eu de nombreuses occasions de tester l’efficacité de cet art. C’est ainsi que j’ai compris l’importance de méthodes d’entraînement efficaces.

A ce titre, je crois qu’il y a un manque fondamental de détails dans la pratique et l’enseignement de nombreuses écoles de tai chi. La plupart du temps, c’est très bien, si l’on vise juste à profiter de la pratique. Mais si nous voulons utiliser le tai chi pour en tirer un réel bénéfice pour la santé ou pour combattre, nous devons concentrer notre énergie sur des attributs spécifiques et sur la façon dont ils sont construits, cela demande une attention particulière.

Après avoir testé mes idées sur le tai chi et les méthodes corporelles qui lui sont inhérentes, et à la demande de nombreux étudiants avec lesquels j’ai été en contact, j’ai décidé de publier les détails qui rendent mon interprétation de cet art efficace. C’est ainsi qu’est née The Tai Chi Academy.

Apprendre les arts martiaux en ligne peut être difficile ! Quelle est ton approche de l’enseignement du tai chi en ligne ? Jusqu’où penses-tu qu’un élève puisse aller sans rencontrer un professeur dans la vie réelle ?

Eh bien, je crois qu’il faut séparer quelques éléments ici pour répondre à la question. Le tai chi est beaucoup de choses pour beaucoup de gens ! Mais examinons quelques éléments fondamentaux.

Tout d’abord, nous avons les méthodes de développement du corps et de l’esprit, le développement du ‘Corps Tai Chi’. Il peut absolument être enseigné en ligne et ne doit pas être considéré comme différent de l’apprentissage de toute autre compétence par des moyens virtuels. Avec un enseignement adéquat, tout le monde peut comprendre, tant intellectuellement que physiquement, les méthodes de développement du Tai chi et développer la manière dont on attend de nous que nous nous déplacions. La motivation et la persévérance sont les principales pierres d’achoppement pour la plupart des gens ici. Beaucoup de gens préfèrent confier la responsabilité de leur développement à un professeur… plutôt que de la laisser à leurs propres épaules ! Ce processus à lui seul peut prendre de nombreuses années.

Deuxièmement, nous avons la manière dont ce ‘Corps Tai Chi’ interagit avec les forces extérieures. Ici, nous avons besoin d’un partenaire, mais là encore, nous pouvons obtenir 75 % de la compréhension dont nous avons besoin par des moyens en ligne. Cependant, à ce stade, il est nécessaire qu’un professeur ressente ce que vous faites et cela sera bien sûr absent de l’enseignement en ligne uniquement.

Troisièmement, nous avons l’application combative. À mon avis, c’est une chose profondément incomprise dans le monde du tai chi. Nous voyons abondamment des applications artificielles de mouvements de la forme qui ne fonctionneraient jamais, même contre un combattant non entraîné, et si l’on veut les apprendre, alors oui, elles pourraient aussi être enseignées en ligne.

Mais si l’on veut être capable de se défendre et/ou d’apprendre à se battre réellement. Alors non, cela ne peut pas être enseigné uniquement en ligne.

Nous devons avoir accès à des partenaires d’entraînement et à un entraîneur quelconque afin d’organiser l’entraînement, de contrôler le combat et de corriger les erreurs. Cela dit, ce qui peut être enseigné, ce sont les instructions et les concepts que toute personne intéressée par le combat devrait s’efforcer de reproduire. Ce matériel est particulièrement pertinent pour une personne qui s’entraîne déjà quelque part ou qui a un accès régulier à des partenaires d’entraînement.

Donc, en résumé, pour la formation dispensée dans The Tai Chi Academy, elle peut absolument être enseignée en ligne, à condition que nous maintenions le bon objectif, le bon contexte et l’autodétermination d’apprendre.

Il y a deux types de personnes auxquelles l’académie s’adresse. 1) la personne qui n’a pas accès à un bon instructeur et 2) la personne qui a accès à un professeur, mais qui recherche plus d’informations ou une perspective différente.

As-tu des recommandations pour les étudiants qui apprennent en ligne ? Comment peuvent-ils évaluer leur propre pratique, s’assurer qu’il n’y a pas d’erreur ou de malentendu ?

Je pense qu’ils devraient être prêts à faire des erreurs ! Les erreurs sont une partie inévitable de la formation personnelle, du développement et de la recherche. Nous devrions embrasser l’idée de découverte et de lutte dans notre formation, faire des erreurs et apprendre à les identifier et à les corriger par une étude plus rigoureuse.

Lorsque j’apprenais de mon professeur, il me donnait quelque chose à travailler pendant un mois… il n’y avait pas de cours tous les jours, pas d’accès à lui pour les questions. Je m’entraînais, je luttais et je faisais des erreurs. Ensuite, je retournais voir mon professeur et il me corrigeait un peu par-ci par-là.

Pour l’étudiant en ligne, les leçons sont le professeur. The Tai Chi Academy compte plus de 370 leçons sur tous les sujets. Ce ne sont pas des leçons pour le plaisir intellectuel, ce sont des leçons pour donner des réponses à ce que les élèves trouveront dans leur propre formation ! C’est un cycle constant – La formation donne lieu à des questions > les questions motivent la recherche de réponses > la réponse informe la formation, la formation donne lieu à de nouvelles questions …

Si vous avez accès à l’information, vous devez simplement continuer à vous y référer dès que vous commencez à vous débattre. Soyez alors très attentif, et reprenez votre formation. Une bonne information n’empêchera pas les erreurs, mais elle mettra fin aux malentendus, et c’est là toute la beauté de la formation en ligne … Pas de déplacement pour voir le professeur !

Parlons un peu de tai chi. Il existe de nombreux styles, de nombreux professeurs et maîtres. Comment trouver celui qui nous convient le mieux ? Pour certains, le côté martial est essentiel, alors que pour d’autres, ils ne s’intéressent qu’à l’aspect santé, ou même au côté spirituel du tai chi.

Seul l’individu peut répondre à cette question, et seulement par essais et erreurs. J’ai rencontré un grand nombre d’artistes martiaux de toutes les disciplines que vous pouvez imaginer. Du Silat au Systema, du Tai Chi au Jiu Jitsu. Je peux dire avec certitude que les vrais maîtres étaient tous à peu près les mêmes, peu importe le style.

La seule chose que les gens devraient rechercher et sur laquelle ils devraient se concentrer est la qualité de l’enseignant en tant que tel, de l’information et des étudiants.

L’une des plus grandes erreurs que je vois dans la sélection d’un instructeur ou d’un professeur est de se concentrer sur ce qu’il peut faire, avec qui il a été formé et à quoi ressemble son tableau de lignée ! On part du principe que l’enseignant doit être la meilleure personne dans la salle ! Mais nous ne pensons pas de cette façon pour toute autre pratique, Cus D’mato n’aurait pas pu battre Tyson et je n’ai aucune idée de qui lui a enseigné ! Ce sur quoi nous devrions nous concentrer, c’est sur la qualité du professeur, en tant que professeur ! C’est de loin l’aspect le plus important.

Vous saurez rapidement si quelqu’un est un bon professeur. Même le novice a de bons instincts pour cette compétence. Si c’est le cas, restez dans le coin et voyez si la classe est pour vous. Si ce n’est pas le cas… passez la porte.

Un sujet important en tai chi est que c’est un « art interne ». On dit souvent que sa mécanique interne est différente des autres arts internes comme le baguazhang, le xing yi quan… ou même le style chen. Comment abordes-tu les mécanismes spécifiques du tai chi dans ta formation ?

Le style du tai chi, ou d’art interne, est quelque peu hors de propos à un certain degré. Oui, les mécanismes peuvent être différents, les tactiques sont certainement différentes, et les forces sont certainement différentes. Mais ce ne sont que des facettes de la façon dont l’esprit donne naissance à la forme du corps.

Nous utilisons le corps, l’esprit et l’intention pour créer des conditions spécifiques, puis nous appliquons une introspection profonde pour comprendre, ressentir et développer ces conditions. Ces choses sont le point commun de la puissance interne entre les différents systèmes.

Le développement du corps implique la création d’un corps connecté, agile, lourd, stable et libre. Le corps qui a l’équilibre du yin et du yang, s’ouvre et se ferme, s’élève et tombe. Le corps dont chaque segment est imbriqué et connecté.

Le développement de l’intention permet le développement du système de « câblage » dans tout le corps, de sorte que cela va permettre d’agir, consciemment ou inconsciemment, sans inhibition. Ensuite, nous avons l’esprit … ce qui est une toute autre histoire !

Le tai chi chuan est profondément ancré dans la culture chinoise et taoïste. En tant qu’Occidentaux, penses-tu qu’il y a là un défi à relever ? Le tai chi chuan pratiqué en Occident peut-il être considéré comme authentique ou fidèle à ses origines ?

Une question intéressante, il y a deux écoles de pensée ici.
1) que le tai chi est intrinsèquement le produit de la culture chinoise et taoïste et qu’il doit toujours être encadré dans ce contexte pour être authentique.
2) Le Tai Chi n’existe pas en dehors de l’individu qui le pratique et c’est donc la pratique qui compte le plus ! (comme c’est très taoïste !)

J’adhère à ce dernier point, non pas pour diminuer l’importance du patrimoine, mais parce que, pour dire les choses simplement, le patrimoine n’a pas d’impact sur la formation réelle et c’est la formation qui donne naissance au Tai Chi. Tout comme nous n’avons pas besoin de comprendre la culture russe pour utiliser les Kettle Bells. Je ne pense pas que nous devions comprendre le taoïsme pour utiliser le tai chi. Cela fonctionne quand même.

Bien sûr, l’étude de la culture et de l’histoire est une partie fascinante d’une pratique et d’une tradition ! Mais je n’envie certainement pas les héritiers de la lignée qui sont chargés de maintenir les traditions ! Ces personnes sont peu nombreuses, peut-être un ou deux individus, et le fardeau qu’elles portent est lourd.

Sans ce fardeau, nous pouvons nous concentrer sur la pratique réelle… et tout revient à cela. Comprendre l’origine ou un concept d' »authenticité » vous aide-t-il lors d’une séance d’entraînement d’une heure ou lorsque vous êtes face à un adversaire ? Non, cela ne nous aide pas.

Un de mes maîtres a souvent dit que la clé de l’apprentissage du tai chi est « plus de pratique », mais il peut être difficile de savoir ce qu’il est important d’améliorer. Comment penses-tu qu’un étudiant peut évaluer les éléments clés sur lesquels il doit se concentrer dans sa formation ?

Une excellente question et malheureusement ma réponse est … plus de pratique ! La pratique fournit les problèmes que nous devons ensuite rechercher et résoudre. Nous pouvons commencer par un vaste domaine de formation, les étudiants trouveront certainement quelque chose qui leur pose problème. Ensuite, les questions et les réponses commencent et l’orientation que nous donnons devient claire.

Une partie importante ici est de prendre des notes, de vous évaluer avec vos pairs, de tester vos capacités et d’être brutalement honnête. Ensuite, la formation permet de poser de bonnes questions, d’obtenir de bonnes réponses et de commencer à trouver des solutions.

Merci pour toutes ces précieuses réponses ! Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Je voudrais simplement te remercier d’avoir pris le temps de me contacter et de me donner l’occasion de partager mes réflexions sur votre excellent blog. Il est rare que les artistes martiaux, en particulier ceux des sphères plus traditionnelles, prennent contact avec les autres et s’enquièrent de leurs opinions. J’espère que le mien sera au moins aussi intéressant à lire.

Bon entraînement à tous.

Bon ben voilà ! J’espère que vous avez apprécié cette interview ! Si vous êtes intéressé par The Tai Chi Academy, n’hésitez pas à vous inscrire. Si vous voulez lire cette interview dans sa langue originale, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.