L’illusion du sommet

L’illusion du sommet

Dans les arts martiaux, en particulier dans les styles plus traditionnels, les élèves ont tendance à privilégier les compétences martiales personnelles de l’enseignant par rapport à tout autre facteur. On pense que l’enseignant doit représenter le sommet de l’expression de son art s’il veut être en mesure de guider les élèves vers leur développement personnel. Bien sûr, un enseignant doit avoir une connaissance approfondie de ce qu’il enseigne et doit avoir au moins fait des recherches approfondies sur tout ce qu’il vise à transmettre, mais dans cet article nous allons explorer pourquoi la « compétence personnelle » ne devrait pas être le seul critère à prendre en compte pour un élève lors de l’évaluation d’un enseignant.

L’importance et les dangers de la tradition

Dans les systèmes d’entraînement complexes comme les arts martiaux, il est important que les enseignants aient un niveau d’expérience élevé. Plus précisément, lorsque les traditions et les lignées doivent être maintenues, l’enseignant doit toujours avoir une compréhension complète du système qu’il est chargé de préserver. Je ne pense pas que cela soit remis en question et les gardiens des anciennes méthodes sont une partie essentielle du paysage martial, même pour ceux d’entre nous qui se sont éloignés de ces cercles.

Il existe cependant une situation intéressante, qui est surtout répandue dans les arts traditionnels, où l’enseignant est censé être le « meilleur » représentant dans la salle. Il suffit d’interroger un artiste martial sur son professeur ou maître et il répondra normalement par des commentaires sur la qualité des compétences personnelles du professeur, la brillance de son application de l’art, le caractère unique de son habileté corporelle. C’est de cette révérence du « maître » que nous voyons émerger des comportements étranges, des réactions excessives, de simples actions au lavage de cerveau complet. Les preuves de ces étranges habitudes et tendances sont omniprésentes et une simple recherche sur YouTube vous montrera des élèves qui volent au moindre contact avec le maître [ndt: promis, je vous écrirai un article là dessus!]. Bien sûr, elle montre aussi la dissolution que connaîtront ces illusions face à de vrais combattants.

Les bizarreries des arts martiaux peuvent souvent être attribuées à un problème que j’appelle « l’illusion du sommet », qui est la fausse supposition que l’entraîneur devrait être apte à montrer son art au plus haut niveau.

L’entraîneur doit-il être au niveau de son élève ?

Pour approfondir ce point, il est utile de considérer d’abord l’environnement des athlètes d’élite. Pensez à l’entraîneur de tennis de Roger Federer, imaginez-vous un instant qu’il puisse gagner un match de tennis avec son élève ? Que diriez-vous de l’entraîneur de Connor McGregors [ndt: un pratiquant de MMA irlandais], je parierais qu’il serait rapidement battu par McGregor dans un match de MMA. Et que dire de Mike Tysons, entraîneur de boxe, il n’y a aucune réalité dans laquelle il battrait Tyson sur le ring. On peut dire la même chose de presque tous les médaillés d’or olympiques ou champions du monde dans presque tous les sports.

Lorsque nous examinons les sports de combat par exemple, ou d’autres arts martiaux où il n’y a aucune considération traditionnelle, nous constatons une divergence par rapport à l’idée du professeur comme sommet du système. La principale préoccupation est de savoir si cet entraîneur peut développer mes compétences et non s’il peut me battre dans un combat. Je pense que ce changement d’orientation est l’un des facteurs qui permet à la plupart des adeptes de ces méthodes d’atteindre plus rapidement la capacité de combat et les niveaux fondamentaux de compétence corporelle.

Le rôle du professeur

Le véritable rôle de l’entraîneur est de placer l’élève au-dessus de toute autre considération, notamment au-dessus de la tradition ou des étiquettes prescrites par le « style ». L’entraîneur doit être uniquement soucieux de produire les meilleurs résultats pour l’individu. Cet objectif est souvent en contradiction avec le programme d’études traditionnel, où l’on se limite au « processus » prescrit par la tradition. Un enseignant peut rechercher et comprendre de nouvelles méthodes de formation plus efficaces pour un objectif donné, mais elles ne seront pas considérées comme « authentiques » si elles sont appliquées dans le contexte de l’art.

De plus, lorsque le style prime, la compétence de l’enseignant lui fournit une légitimité. En effet, pendant tout le parcours du pratiquant, sa progression des compétences se traduit par un meilleur rang [ndt: les duans, les ceintures, etc.].

Il y a cependant un moment où les compétences personnelles de l’enseignant deviennent de moins en moins importantes dans sa capacité à enseigner. Certains des meilleurs gymnases de jiu-jitsu brésilien au monde sont dirigés par des professeurs qui ne peuvent plus vaincre leurs élèves d’élite. Si l’on entrait dans l’un de ces gymnases et que l’on se contentait d’évaluer la méthode en fonction de la capacité de l’enseignant à l’exprimer, on passerait à côté de l’excellence de l’encadrement des enseignants. Le professeur John Danaher, un magicien de la BJJ et l’entraîneur de certains des athlètes les plus connus et les plus élites en matière de lutte pour la soumission, en est un exemple frappant. En raison de problèmes de genoux, il n’a jamais pu participer à des compétitions ou obtenir des résultats de haut niveau lui-même, mais il a produit certains des plus grands noms du jeu moderne.

Cela ne veut pas dire que l’habileté personnelle n’a aucune importance, bien sûr ! L’entraîneur d’arts martiaux vraiment utile aura une grande expérience de l’art ou de la méthode qu’il enseigne. Cependant, lorsque nous examinons ce qu’il faut pour produire des résultats chez l’individu, les compétences personnelles de l’enseignant s’effacent rapidement. Elles ne deviennent rien de plus qu’une note d’accompagnement intéressante dans le développement des athlètes ou des exposants.

L’héritage du passé

Alors pourquoi cette idée reste-t-elle si répandue ? Il semble que le premier critère de mesure qui intéresse presque tous les pratiquants d’arts martiaux qui me rendent visite est « Que peut faire Chris ? Bien sûr, je suis heureux de le montrer aux gens, mais c’est toujours très amusant pour moi quand c’est le sujet principal. Tant d’adeptes des arts martiaux sont attachés à cet état d’esprit. En effet, j’ai voyagé pour voir de nombreux représentants de nombreux arts martiaux, et dans presque tous les cas, l’une des questions les plus importantes que les gens se posent ensuite est « A quel point est-il bon ? Pourriez-vous lui faire cela ? Pouvez-vous lui faire ça ? ». On ne m’a jamais demandé : « Avez-vous appris beaucoup de choses ? Était-il un bon instructeur ? Comment vous a-t-il enseigné ? » … Quand on y pense, c’est un phénomène assez étrange.

Il y a bien sûr de très bonnes raisons pour lesquelles les artistes martiaux ont traditionnellement adopté cette approche. Dans le passé, la capacité d’un artiste martial signifiait souvent sa capacité à tuer un adversaire. C’est à cause de cette capacité que les gens affluaient aussi chez les artistes martiaux, surtout dans le Japon féodal où des experts comme Myamoto Musashi avaient des foules de Bushi se précipitant à sa porte pour apprendre ses fameux talents. Et c’est ce processus, le processus de valeur basé sur l’accomplissement personnel, qui a été transmis dans l’ère moderne. En effet, il est considéré comme faisant partie de la tradition dans de nombreux arts martiaux. Les disciples chargés de perpétuer la tradition seront souvent les élèves les plus doués et les plus avancés de l’école [ndt: ou ceux qui savent, et veulent, payer le maître, la transmission étant aussi souvent liée à une dimension financière de soutien au maître et sa famille], quelle que soit leur capacité à enseigner, de cette façon la lignée des détenteurs de haut niveau est maintenue.

L’importance de savoir transmettre

Mais cette approche pose un problème, que nous avons vu se poser dans de nombreux arts traditionnels où les niveaux de compétence du système ont constamment baissé de génération en génération. Le problème ne réside pas dans la compétence de l’héritier choisi, mais dans sa capacité à enseigner. Tout d’abord, une personne qui s’est engagée dans sa propre formation n’a peut-être pas passé autant de temps à apprendre les méthodes d’enseignement ou d’encadrement. J’ai vu beaucoup de brillants artistes martiaux incapables d’enseigner à une salle d’étudiants avides. De plus, lorsque le professeur ou le directeur vieillit ou se blesse, il se peut qu’il ne soit plus en mesure de donner le meilleur de lui-même, et les compétences dans lesquelles les élèves ont placé tant de confiance commenceront à lui faire défaut.

Je suis d’avis que les compétences en matière d’encadrement et la capacité à placer l’élève avant le système, à placer l’individu au cœur de la formation, devraient être les paramètres les plus importants. Cela ne veut pas dire que le vieil adage « Ceux qui ne peuvent pas faire, enseignent » est correct ! Il ne l’est certainement pas et si les enseignants eux-mêmes ne peuvent pas faire ou ont fait ce qu’ils enseignent d’une certaine manière, il faut en faire une montagne. Mais cela revient à dire que les compétences personnelles de l’enseignant, qui peuvent être limitées par la biologie, l’âge, les blessures, la concentration personnelle et d’autres facteurs individuels, ne devraient pas être la plus grande valeur pour l’élève.

En conclusion, la capacité à aider quelqu’un à se développer est une compétence que l’on ne trouve pas chez beaucoup. En effet, la capacité à bien entraîner une personne dans les techniques de combat ou les arts martiaux est encore plus rare. Il est rare de trouver quelqu’un qui possède cette capacité et qui s’attache à faire des personnes qu’il enseigne sa priorité. C’est l’une des choses que nous devons nous efforcer de trouver, et que nous valorisons lorsque nous le faisons. Ces personnes existent dans tous les styles, dans toutes les approches, mais elles sont en effet rares. Plus vite nous valoriserons la capacité des entraîneurs à entraîner davantage (mais parallèlement à leur capacité à faire), plus vite les arts martiaux rattraperont le reste des disciplines d’élite du monde.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.