Categories
Tai Chi

Les 10 principes de Yang Cheng Fu – Partie 2

Voici la suite des 10 principes de Yang Cheng Fu. Dans cet article, je vous parle des 3 principes de yang cheng fu suivants qui, avec les 2 premiers, finissent de couvrir les principes posturaux du tai chi. Les 5 derniers sont plus liés à la façon de se mouvoir, mais cela ce sera pour un prochain article 🙂

Troisième principe : sōng yāo -鬆腰

Relâcher la taille

Maîtriser le style Yang de Taiji Quan, p. 57

Tadaaa! Rien à redire sur cette traduction. Bon à côté de ça, ce n’était pas très compliqué:

  • song (ou « sung » selon la translittération utilisée) : relâcher
  • yao : la taille

Ce troisième principe suit assez logiquement les deux premiers : avec la tête soutenue par un fil invisible, votre dos étiré et votre poitrine contenue… nous passons logiquement à la « taille ». Et là, je me permets des guillemets car, en réalité, ça veut dire quoi relâcher « la taille » ? Cette partie du corps sert en réalité à relier votre bassin et votre tronc. « Lâcher » la taille réfère plus spécifiquement au bas du dos, à la colonne vertébrale. Bien sûr, il faut aussi éviter les tensions dans les muscles abdominaux (grands droits, obliques, etc.), mais en pratique, ce sera surtout au niveau des lombaires que vous allez avoir l’opportunité de lâcher, laisser la gravité participer à l’étirement de votre colonne. C’est un peu le mouvement complémentaire de « étirer le dos » du 2ème principe.

Par extension, on pourrait même dire que ce principe s’applique aux hanches et à la région du « kua » (l’ensemble des tissus reliant la jambe au bassin).

Quatrième principe : fēn xūshí – 分虛實

Distinguer le substantiel de l’insubstantiel

Maîtriser le style Yang de Taiji Quan, p. 58

Aie aie aie… dommage, voici le retour des mots mystérieux. C’est quoi le « substantiel » et « l’insubstantiel » ? Honnêtement, si vous n’êtes pas versé dans le jargon taoïste, c’est plutôt obscur. Si on se penche sur le sens original, nous avons:

  • Shi 實 représente une ficelle de pièces de monnaies attachée sous un toit, ce qui signifie la richesse, la solidité, le réel, le tangible… le « substantiel ».
  •  Xu 虚 représente un tigre sur une colline. Il ne se passe « rien » mais le danger est bien présent. Dans l’usage courant, on parle de vide, faux … bref, l' »insubstantiel ».

Les deux vont souvent de pair. En médecine chinoise, xushi, c’est le manque et l’excès… mais en tai chi, qu’est ce que cela peut bien vouloir dire ?

Pour ma part, je préfère dire distinguer le plein et le vide. Déjà, c’est plus simple à dire, mais cela correspond aussi plus généralement à ma façon d’expliquer les postures. En tai chi, vous alternez le poids du corps d’une jambe à l’autre : une jambe est « pleine », l’autre est « vide » (cette notion dépasse le cadre strict de la répartition physique du poids du corps). A un niveau plus complexe, il s’agit aussi de distinguer, prendre conscience, ce qui se passe à l’intérieur du corps. Une image simple, c’est comme si vous gonfliez un ballon : c’est plein et vide à la fois. Bien souvent, l’habilité martiale en tai chi se développe à partir du moment où vous pouvez basculer du plein au vide au niveau du point de contact avec l’adversaire sans compromettre cet équilibre à l’intérieur de vous.

Cinquième principe : chén jiān zhuì zhǒu – 沈肩墜肘

Abaisser les épaules et laisser tomber les coudes

Maîtriser le style Yang de Taiji Quan, p. 58

A nouveau penchons nous un instant sur le sens initial. Tout d’abord, pour ceux qui ne parlent pas chinois, jian 肩 c’est l’épaule, zhou 肘, c’est le coude.

Mais on ne fait pas la même chose avec l’un et l’autre. Pour l’épaule, c’est chen 沉 : enfoncer, abaisser… pour le coude, c’est zhui 坠 laisser tomber, suspendre…

L’épaule est une articulation clé en tai chi. Mais en réalité, on se concentre souvent « juste » sur l’épaule, alors que c’est l’ensemble du couple épaule/omoplate qu’il est vraiment utile, en pratique, de prendre en considération. Abaisser les épaules, c’est bien entendu les relâcher, mais cela seul ne suffit pas à établir une connexion forte entre vos bras et votre tronc. Imaginez un instant quelqu’un qui vient « tirer » sous vos aisselles. Prenez le temps de percevoir les tissus latéraux du torse et l’omoplate qui descend. Sans mouvement de l’omoplate, aucun espoir de descendre l’épaule autant que nécessaire. Dommage que tout le monde ne parle que de « l’épaule » alors qu’en réalité, c’est l’omoplate qui fait le gros du boulot 😉

Et les coudes alors? On les « laisse tomber » ? Et bien pas vraiment et je n’aime d’ailleurs pas trop cette traduction. Pour ma part, je suis aller piocher plus librement la traduction « suspendre » pour obtenir comme principe : descendre les épaules et suspendre les coudes.

Comme pour la tête, j’aime bien l’idée de « suspendre ». Il y a une forme d’action involontaire, légère, qui vient naturellement, sans effort, lutter contre la gravité. Je pratique souvent avec cette image de ballon qui flotte et « porte » mes coudes en zhan zhuang. C’est beaucoup plus porteur (héhé), à mon sens, que « laisser tomber » les coudes. Peut-être la seule valeur que je vois à cette traduction, c’est la mise en garde contre des coudes trop haut qui ouvre des opportunités d’attaque au niveau des côtes ou de clés de bras… bien entendu, si on conserve la dimension martiale, c’est important de protéger son tronc et les coudes participent activement à cela.

Et même dans ce cas là, je dirais plutôt « garder les coudes bas » que « laisser tomber les coudes ». Bref, zéro pour la traduction 🙂

Les 5 derniers principes de Yang Cheng Fu

Et oui c’est déjà fini pour aujourd’hui. La suite au prochain numéro!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *