Categories
Santé Tai Chi

Etudes sur les effets bénéfiques du tai chi

De nombreuses études ont décrit l’importance de l’activité physique
pour promouvoir la santé et le bien-être
en général et pour prévenir les maladies chroniques, les handicaps et les décès prématurés. Du point de vue scientifique, le Tai Chi est vu comme une forme d’activité physique aérobique légère à modérée qui peut être attrayante pour de nombreux adultes est donc un bon candidat pour produire ces effets bénéfiques.

Pour écrire cet article je me suis intéressé à quelques articles récents de la littérature scientifique (pas les études souvent citées et qui datent déjà un peu à présent). Je me suis principalement concentré sur les articles qui analysent les méta-analyses, on part donc plutôt sur des généralités que sur du détail pointilleux.

Le tai chi, tel que vu par la science

Il s’agit d’une forme d’entraînement physique et mental combinant les arts martiaux chinois et des mouvements méditatifs, impliquant une série de mouvements lents, continus et rythmiques qui ont un impact minimal sur les articulations du corps. Le Tai Chi comprend la concentration mentale, l’équilibre physique, la relaxation musculaire et la respiration qui est coordonnée avec les mouvements du corps entier, et on pense qu’il aide à trouver l’équilibre entre le corps et l’esprit.

Effectiveness of Tai Chi for health promotion for adults with health conditions: a
scoping review of Meta-analyses

Compte tenu des nombreux effets positifs que l’on attribue au tai chi, il est normal que des analyses soient faites pour vérifier et comparer ces fameuses études. Les articles que j’ai lus mettent en évidence que les données sont souvent disparates, difficiles à comparer, voire difficile à objectiver. C’est d’ailleurs un point qui m’attriste et j’en ai d’ailleurs déjà parlé au sujet des articles sur le tai chi.

Les effets du tai chi sont parfois trop supposés

Il s’agit donc d’être prudent avant de clamer haut et fort les effets (supposés ?) du tai chi. Voici deux conclusions que je cite, mais beaucoup vont dans le même sens :

Le Tai Chi pourrait être recommandé comme traitement adjuvant de l’hypertension, en particulier chez les patients de moins de 50 ans.

Toutefois, en raison des piètres qualités méthodologiques des ECR inclus et de l’hétérogénéité élevée, cette conclusion mérite une enquête plus approfondie.

Tai Chi for Essential Hypertension: a Systematic Review
of Randomized Controlled Trials

Le Tai Chi peut être bénéfique pour améliorer l’équilibre et réduire les chutes chez les personnes âgées et les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. En raison des limites et des conclusions incohérentes, d’autres études rigoureuses, normatives et complètes sont nécessaires pour fournir des preuves solides permettant de tirer des définitives

Tai Chi for improving balance and reducing falls: an overview of 14
systematic reviews

Cela ne veut pas dire que le tai chi n’est pas bénéfique pour la santé, mais qu’à ce stade, il n’est pas encore clair ce qui dans le tai chi produit tel ou tel effet et dans quelle mesure.

Un problème de méthode

A mes yeux, la plupart des études sur le tai chi souffrent d’un problème sous-jacent : on considère le « tai chi » comme un grand ensemble vaste et homogène tel que décrit dans la définition en début d’article. Et généralement, les études doivent former des groupes cibles auxquels on « applique » la pratique du tai chi, souvent une forme simplifiée. Que penser dès lors des autres pratiquants, qui pratiquent d’autres styles, d’autres formes ? Y-a-t-il un impact ?

forme de tai chi en 10 mouvements
Voici la forme en 10 mouvements utilisée pour l’étude Effects of tai chi on postural control during dual-task stair negotiation in knee osteoarthritis: a randomised controlled trial protocol

Et que dire, bien évidemment, de la qualification du professeur qui est rarement mentionnée : s’agit-il d’un enseignement « traditionnel » ou bien d’un professeur formé aux études d’éducation physique ? De combien d’années de pratique dispose-t-il ? Et est-ce que cela marche aussi bien à distance ? (ça c’est une vraie question ! pas encore vu d’article sur le sujet, dommage…).

Cette question m’est notamment venue en lisant l’article Effect of Tai Chi Training on Plantar Loads during Walking in Individuals with Knee Osteoarthritis. J’ai du mal à imaginer que la pratique du tai chi « par elle-même » suffise à améliorer la façon de marcher. Pour ma part, c’est quand j’ai commencé à m’orienter vers les chaussures minimalistes et à étudier de plus près la mécanique du pied (à nouveau, je ne peux que recommender les livres de Frédéric Brigaud) que j’ai réellement fait évoluer ma façon de marcher. Avant, j’en tirais des bénéfices, certes, mais un peu « à l’aveuglette » (à nouveau, tout cela est à mettre en perspective : il vaut mieux suivre un cours de tai chi sans trop se poser de questions que rester assis dans son canapé 🙂 ).

Rassurez-vous, il existe bien des effets bénéfiques

Malgré tout, et ce quel que soit votre école, style ou professeur, certaines tendances se dégagent clairement. Les effets suivants sont généralement reconnus comme ayant des preuves fiables et des impacts significatifs (Kobena) :

  • Insuffisance cardiaque – capacité d’exercice
  • Accident vasculaire cérébral – mobilité
  • Cancer du sein – extension du coude
  • Accident vasculaire cérébral – capacité à effectuer des activités quotidiennes
  • Cancer (général) – réduction de la fatigue
  • Lombalgie – réduction de la douleur
  • Ostéoarthrite – fonction physique
  • Ostéoporose – réduction de la douleur
  • Maladie de Parkinson – réduction des chutes
  • Cancer du sein – réduction de la fatigue
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique – réduction de la dyspnée et de la fatigue
  • Accident vasculaire cérébral – équilibre

Il y a certainement d’autres effets bénéfiques à tirer de la pratique du tai chi, mais ceux-ci ne sont pas encore suffisamment bien documentés ou étudiés (en tout cas, selon la méthode actuelle, voire plus haut).

Conclusion

Au final, l’important est de savoir ce qu’on retire de sa pratique. Le tai chi chuan est une pratique très polyvalente qui peut être modelée selon les besoins et les envies de chacun, pour peu que l’on soit bien accompagné. S’il y a bien une chose que montrent les études, c’est que rien n’est acquis et que si les bénéfices du tai chi existent bel et bien, il s’agit rarement d’un bénéfice qui survient automatiquement simplement en suivant un cours sans se poser de questions.

Sources

  • Kobena Easwaran, Yathaven Gopalasingam, Danielle D. Green, Veronica Lach, Jordan A. Melnyk, Christina Wan & Doreen J. Bartlett (2020): Effectiveness of Tai Chi for health promotion for adults with health conditions: a scoping review of Meta-analyses, Disability and Rehabilitation, DOI: 10.1080/09638288.2020.1725916
  • Zhong D, Xiao Q, Xiao X, Li Y, Ye J, Xia L, Zhang C, Li J, Zheng H, Jin R, Tai Chi for improving balance and reducing falls: an overview of 14 systematic reviews, Annals of Physical and Rehabilitation Medicine (2020), doi: https://doi.org/10.1016/j.rehab.2019.12.008
  • Wang X, Hou M, Chen S, et al. Effects of tai chi on postural control during dual-task stair negotiation in knee osteoarthritis: a randomised controlled trial protocol. BMJ Open 2020;10:e033230. doi:10.1136/bmjopen-2019-033230
  • Dongling Zhong & Juan Li & Han Yang & Yuxi Li & Yijie Huang & Qiwei Xiao & Tianyu Liu & Rongjiang Jin, Tai Chi for Essential Hypertension: a Systematic Review of Randomized Controlled Trials, Crossref DOI link: https://doi.org/10.1007/S11906-020-1031-Y

One reply on “Etudes sur les effets bénéfiques du tai chi”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *