Les plans de l’alignement

Les plans de l’alignement

A quelle hauteur placer ses mains? Cela peut parfois sembler un peu arbitraire en tai chi. Au final avec de la pratique, ce genre de chose, on finit par « le sentir », le juste niveau entre tonicité et relâchement, étirement et détente. Mais pour un débutant, pour pouvoir avoir un vocabulaire commun, il peut être utile de se référer à des repères anatomiques. Dans cet article je vous parle des plans de l’alignement.

Commençons d’abord par les 5 plans horizontaux.

La base du tronc

Le premier plan, en partant du bas, c’est la base du tronc. Vous n’irez jamais plus bas que cela. C’est le plan sur lequel se trouve votre main quand vous avez les bras le long du corps. Par exemple, c’est typiquement ce que vous allez avoir pour le mouvement « brosser le genou » : la main à côté de la cuisse s’aligne sur la base du tronc.

Le Dan Tian

Aaaah le Dan Tian 😉 bon sans entrer dans les débat autour du fait qu’il s’agisse d’un point précis ou d’une zone, prenons un point environ 2 doigts sous le nombril comme référence. Sur le dessin, c’est le point rose. Anatomiquement, c’est quelque part le centre de votre bassin, le point fixe quand celui bascule vers l’avant ou l’arrière. Si votre bras est à 45 degrés par rapport au corps, la main à plat, celle-ci s’aligne naturellement avec le dan tian. De même, si votre bras forme un cercle et que votre main est sur l’axe médian, votre main sera aussi en face du dantian. Cet alignement se crée assez naturellement, mais c’est toujours utile d’en être conscient 🙂

Le plexus solaire

La plupart des mouvements qui s’effectuent au niveau de la poitrine s’aligne sur le plan du plexus solaire. C’est typiquement le plan que vous obtenez quand l’avant-bras est parallèle au sol et l’épaule abaissée.

Les épaules

Alignement très important, les mains peuvent se situer sur le plan des épaules, par exemple quand vous avez les bras sur les côtés, que vous repoussez votre adversaire ou quand vous faites un parer.

Evidemment, vous pouvez combiner : une main au niveau du plexus solaire, et une main au niveau des épaules

Le sommet de la tête

Ce plan est plus rarement exploité, mais l’est par exemple dans des mouvements comme la grue blanche. La main couvre alors la zone de la tête. Ou encore pour certains mouvements de la forme au sabre par exemple. Attention à ne pas être en face des yeux par contre, ce sera dommage pour la dimension martiale (avoir un obstacle visuel, une mauvaise idée). Donc on est bien sur le haut du front/le sommet de la tête.

Alignement : axes verticaux et distance

Dans votre forme, essayez d’établir clairement sur quel plan horizontal se trouve chaque main. Le plupart du temps, les mouvements combinent différents plans. Regardez aussi sur quel axe vertical se trouve la main : axe médian, axe des épaules, axe projeté à 45 degré…

axes verticaux

Ou sinon encore, à quelle distance se trouve la main du corps… dans l’alignement des épaules? devant le corps? à demi distance? bras étendu ?

En prenant conscience du positionnement exact de nos mains dans l’espace pour chaque mouvement, nous pouvons facilement décrire la forme du tai chi. Gérer la transition entre ces différentes positions avec le moins de mouvement possible est un des défis dans la forme. Bien souvent, cela requiert de savoir nos coordonnées de départ et d’arrivée, afin de voir d’où vient le mouvement. Nous avons parfois tendance, à tort, de sortir de l’axe médian à cause de l’impression de rotation du bassin, ou de mobiliser plus d’articulations que nécessaire. Le travail des articulations est fondamental en tai chi, on parle parfois des « 9 perles » ou du fil de soie que l’on enfile dans les perles… cela fait bien référence aux articulations et au fait d’arriver à maintenir une connexion fonctionnelle des pieds jusqu’aux mains.

J’ai également posté sur ma chaîne youtube une petite vidéo où je manipule l’outil que j’ai utilisé pour faire ces schémas… n’hésitez pas à la regarder et me dire ce que vous en pensez!

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.